Théâtre

VIENNE 1913

de Alain Didier-Weill

INFOS

Spectacle tous publics 

 

Horaire : 10h00

Lieu : Salle du Dôme

Relâches : 8, 15 et 22/07

Durée : 1h25

Tarifs : 

Plein :  

Réduit :  

(OFF, étudiants, -de 16 ans) 

Détaxe :  

PRÉSENTATION

Sigmund Freud reçoit sur son divan Hugo Von Klast, un jeune homme brillant, beau, héritier de la célèbre aristocratie viennoise qui s’étourdit de valses et de luxe. Il a une phobie antisémite. Son docteur Carl Gustav Jung a trouvé intéressant de l’envoyer consulter son maître… avec sans doute en arrière pensée un compte à régler à propos d’une certaine idée de l’inconscient. Tout près de là un jeune homme avec son chien, à l’égal des jeunes SDF que nous côtoyons aujourd’hui dans toutes les villes du monde, fête ses vingt ans sur le banc d’un parc du Prater. Il survit dans un refuge, étudie le dessin à l’école des Beaux-Arts et signe ses dessins de son prénom, Adolf. Il croise à l’exposition Sécession, un ami de Klimt, Hugo justement. Ces deux jeunes gens vont ainsi se confronter, parallèlement et ensemble, à tous les aspects de la société viennoise et se forger quelques idéaux définitifs.

A l’issue de sa psychanalyse avec Freud, Hugo trouvera le chemin de la guérison. Adolf lui, de plus en plus malade de paranoïa univoque, deviendra… Hitler, et si nous pensons d’un bout à l’autre de la pièce à la suite de l’histoire, c’est pour en saisir l’inexplicable tragique et dérisoire "banalité du mal" et la construction irraisonnable de tout monstre. 

GÉNÉRIQUE​

Auteur : Alain Didier-Weill

Adaptation : Louise Doutreligne

Avec : Magali Paliès, Nathalie Lucas, Claudine Fiévet, Estelle Andrea, Oscar Clark, Alain Guillo, William Mesguich, Jean-Luc Paliès

Mise en scène : Jean-Luc Paliès

Scénographie : Lucas Jimenez

Musique sur verre : Jean-Claude Chapuis

Co-production : Théâtre Coluche, Serge Paumier production

Plus d'infos :

www.influenscenes.com

 Contact diffusion :

Scènes&Compagnie

Frédéric Bernhard : 06 83 85 60 95

contact@sceneetcies.fr www.sceneetcies.fr

LA PRESSE EN PARLE...

"Une cérémonie vénéneuse"  La Marseillaise

"Troublant et émouvant"  Libération

"Magistral et magnifique"  Le Parisien

"Originalité et richesse"  Le Figaro